Formation Mars 2015

Début de week end mal engagé, Air France annule mon vol à la dernière minute encore une fois, c’est bien mal me connaitre si vous pensiez que je serai resté coincé à Marseille. Ces quelques embûches régulières ne m’empêcheront pas de poursuivre ma formation démarrée il y a déjà plus d’un an.
Premier constat frappant, nous sommes de moins en moins nombreux au fil des mois. Bien évidemment, cela s’accompagne de questions diverses. Nous étions un groupe composé à moitié d’italiens et à moitié d’étrangers, je me retrouve à présent le seul non italien à bord. Aucun soucis pour moi, la barrière de la langue (qui n’en est pas une ici) y joue beaucoup, de plus mes origines et le fait que nous soyons un peu « cousins » font que je me sente comme chez moi.
A ce rythme là, c’est à se demander qui finira la formation. Nous n’en sommes pas encore à la moitié. Au plus nous avançons, au plus nous sommes surpris par ce que nous y trouvons. Cela convient-il à nos attentes ? Satisfaits, déçus, toujours motivés, découragés… Que sommes nous venus chercher ? Qu’y trouvons-nous? Chacun aura son propres avis sur la question.

Nous ne nous sommes pas engagés sur une pratique sportive ni sur un hobby. Nous nous sommes mis sur une voie. Ce n’est définitivement pas une pratique qui reste dans le sac de sport lorsque le cours finit et qui se reprend au suivant. La voie de la lame ne se pratique pas pour transpirer et gagner des coupes, elle se vit. De plus, l’apprentissage est global, il englobe la culture, l’Histoire, la langue, les coutumes, les traditions… Quiconque n’a aucune affinité avec le pays ne peut comprendre les subtilités. J’en suis encore loin de tout mais le désir d’apprendre et progresser est supérieur au doute et au découragement tant la route est longue. Bien entendu chacun y trouvera son compte également sur des parties. On peut apprendre à se « défendre », à apprendre le côté sportif de l’art,… Divers composants qui une fois unis, rendent la pratique infiniment plus complexes et intéressante .

La lame nous met devant des choix. Certains d’entre nous sont déjà impliqués dans d’autres activités, travaux, loisirs, sommes-nous prêts à faire de gros sacrifices ?
Apparemment, certains d’entre nous ont décidé de rester sur d’autres chemins. Et je le conçois tout à fait. Le couteau n’est pas fait pour tout le monde. Ce n’est d’ailleurs pas nous qui le choisissons, c’est lui. C’est une arme tranchante, c’est ainsi que le groupe continue. Amputé de certains de ses membres. Quant à nous, nous avançons. Renforcé le temps du week end par Cristiano et Laura, eux aussi bientôt démarreront une formation complète.

2 jours particulièrement riches en analyses, de questionnement et de remises en questions. Pourquoi faisons-nous ceci ou cela ? Quelle type de réponse apporter suivant quel contexte. Largement plus complexe qu’apprendre un groupe de techniques à utiliser sans trop savoir pourquoi, juste parce qu’on nous dit de le faire et basta ! Non, l’approche n’est pas celle de la Foi mais plus de la Science. Écouter, voir, analyser, comprendre, essayer, se tromper, recommencer… Les arts martiaux européens obéissent à des règles. Distance, mesure, tempo, géométrie, stratégie… Les escrimeurs savent de quoi je parle. D’ailleurs nous avons des exercices assez similaires. Nous n’avons rien perdu au profit des arts asiatiques, c’est une chance d’avoir pu sauvegarder nos traditions.
Une somme de paramètres à prendre compte. Se mettre en treillis et basket pour faire style « killer » des steppes, ça ne nous ressemble pas. Analysons les situations réelles. Trouvons des situations concrètes et cherchons des réponses. Passer toute sa vie à jouer au guerrier de dojo en survêtement/chaussures de boxe avec les couteaux en plastique qui dépassent de la ceinture ? Faire des cours de défenses féminines en mini short/débardeur et pieds nus ? La pratique nous met devant un miroir, sommes nous prêt à nous regarder dans les yeux ? Nous disons-nous la vérité ou trichons nous ? Je ne prétends pas détenir la vérité, d’ailleurs qui serais-je pour dire cela ? Mais j’espère au moins ne pas me tromper sur la démarche pour m’y approcher.

 

Laisser un commentaire