Istruttori LKFS

     Voici donc mon dernier article qui vient clôturer ma formation instructeur à la Calix Academy. Je vois de la déception dans vos yeux, vous qui suiviez avec grande attention mes aventures. Mais pas de panique, ce n’est nullement la fin du parcours, loin de là… Pour les nouveaux venus, sachez que vous trouverez la quasi totalité de mon cursus (dans la rubrique « Formation Calix » de ce blog) et aurez donc la possibilité de vous immerger dans notre univers atypique.

     En ce week-end de Novembre nous avons été soumis à l’examen final. Pour des raisons de confidentialité, il m’est bien entendu impossible de vous dévoiler le contenu de ces deux jours mais je peux néanmoins vous dire que nos 3 examinateurs ont cherché tout simplement à savoir si nous avions les compétences morales et mentales pour devenir instructeurs. Chez nous, c’est lourd de sens, d’autant plus que nous sommes une école d’armes… Danilo était ainsi accompagné pour l’occasion de Maestro Giovanni Rapisardi qui je rappelle est président de l’A.A.I (organisation mondiale des maîtres d’armes) et co-fondateur du Knifencing/baionetta. Egalement de la partie, Nicolaï Lilin qui bien qu’ « étranger » à l’académie, de par son histoire personnelle et ses yeux neutres a apporté une valeur ajoutée non des moindres à cet événement. Je les remercie donc de nouveau ici de leur présence. Nous avons donc été évalués par nos 3 examinateurs plus intensément qu’à l’accoutumée (en réalité, l’examen a commencé je vous le disais lors de mon précédent article dès ma première rencontre avec le Maestro il y a 3 ans). N’y voyez surtout aucune coïncidence fortuite sur les chiffres… mais ça vous y êtes habitués si vous me lisez fréquemment.

15078616_1042702022507773_6184709089631678025_n fb_img_1479077477746

     Une épreuve finale est venue sanctionner notre examen, la fameuse tirata traditionelle. Nous l’attendions, elle est enfin arrivée. Pour ma part je connaissais un peu son déroulement car décrites dans certains livres spécialisés dont je suis très friand. Nous avons tenté à notre tour de faire revivre modestement un bout de culture italienne. Je n’écrirai rien sur les conditions et son déroulement car il y a certaines choses qui ne seraient pas comprises par une grande partie des lecteurs de ce blog. A l’occasion, oralement au coin du feu lors de longues soirées d’hiver…

     Une belle formation que nous a proposé Danilo où nous avons été 4 à la terminer ; quand je pense que nous sommes parti à 12. Des abandons attendus et des revirements de situation assez particuliers auront caractérisé ces trois années. Seuls les plus motivés, passionnés et méritants seront allés au bout. J’ai plusieurs fois fait allusion au coupes que le couteau à pu faire parmi nous (il coltello taglia…) mais il aura également permis de nous rapprocher. Je suis finalement le seul étranger à décrocher ce diplôme à l’issu de cette promotion, cela revêt une signification d’autant plus particulière pour moi. Bon certains esprits taquins là-bas ne me voient pas non plus comme étranger… mais où est ma place alors ? Certainement entre les deux pays, en grand écart entre Menton et Vintimille…

20161112_211058 20161112_225403

     Je le disais plus haut, ce week-end ne signifie pas que nous ayons franchi la ligne d’arrivée mais seulement un point de passage. Une page se tourne et une nouvelle est à écrire pour ceux qui veulent approfondir et s’enfoncer dans la culture de la lame, tel un arbre poussant ses racines à aller s’abreuver toujours plus bas à la source et ainsi gagner en stabilité. Me voilà donc reparti pour 3 ans et ainsi démarrer un nouveau cycle au sein de la Schola Lajolo. Enseignement plus poussé, rythme différent, ce sera également pour nous l’occasion de partager cet enseignement du Lajolo Knife Fencing System avec vous. A ce sujet, j’ai pu avec Danilo m’enquérir du programme « tronc commun » de la Calix Academy. J’aurai ainsi tous les outils nécessaires pour compléter ce programme et le rendre encore plus riche au fil des années qui viennent…

20161112_22560020161112_230323

Moment de digestion, le coupe choux à la main après un bon repas…

     Qu’est-ce que ce diplôme en fin de compte ? Et bien il revêt une importance particulière à mes yeux, symboliquement parlant j’entends. Il vient concrétiser 3 longues années de sacrifices et cela à plusieurs niveaux. Il récompense patience et travail. Parfois du doute, parfois des baisses de motivations mais jamais l’envie d’arrêter. Lorsque l’on a foi dans quelque chose (et je l’ai dans ce système et dans ceux qui le représentent), on avance coûte que coûte. Je le dédie donc en particulier à ma petite famille et mes proches. Mon absence répétée et mes diverses activités vouées au développement du LKFS me font aussi parfois passer à côté de choses fondamentales. Merci donc pour ce soutien qui m’est précieux. Ma mission est ardue, sans vous je sais que je n’y arriverai pas.

20161112_235640
Maestro Rapisardi en pleine explication

     Bon ce n’est pas le discours pour une remise de César non plus mais je tiens à remercier les membres de la Calix Academy Marseille et tous ceux et celles que j’ai côtoyé à l’occasion de cours et/ou stages et ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux traditions italiennes.  Parce que sans vous également, rien ne se ferait. Ce n’est que le début du LKFS en France, on finit l’échauffement !

     Enfin, j’en connais un qui quelque part doit être fier lui aussi que je lui ramène ce diplôme italien. Tu as une part non négligeable dans mon choix de parcours… il est aussi pour toi ce bout de papier !

20161113_153944

     C’est lorsque les choses sont difficiles à atteindre qu’elles revêtent une importance particulières à nos yeux une fois acquises…

     Des liens se créent, d’autres se renforcent, j’œuvre pour qu’ils puissent traverser les frontières… Merci à vous qui avez suivi mon parcours au travers du blog, rendez-vous très vite !

img-20161113-wa0021

L’aventure continue sous l’œil de nos 3 vieux chevaliers…

ndrangheta_rubbettino_scan-400x300

Laisser un commentaire