Le système Trimigno

 Les Chevaliers de l’Humilité, le système Trimigno.

e93f2b_115bff16a0344f708bedfd92af794075

Deuxième article consacré aux écoles apuliennes provenant du site www.italianmartialarts.org, vous allez retrouver dans celui-ci des thèmes qui ne vous seront pas inconnus si vous êtes un lecteur assidu de ce blog. J’ai pour ma part rencontré une partie des maîtres de cette école lors d’un séminaire donné à Varèse en 2014 où j’ai été initié aux rudiments du système et notamment au bâton. Ca a été une très bonne expérience pour moi à tous points de vue.

Tradition et culture ancienne du 18ème siècle, basées sur l’honneur, le sacrifice et le respect.

L’art du bâton apulien a été codifié et est enseigné dans une école de Manfredonia, dans la région des Pouilles. Le premier championnat italien de cette discipline s’est tenu en 2011. La région est également connue pour son Escrime du Couteau Apulien qui est divisé en trois styles locaux : Taranto, Foggia/Bari et Brindisi/Lecce. L’un des meilleurs experts de cet art est Maître Luciano Trimigno, qui l’apprit de son père et de son grand-père qui fut l’un des combattants au bâton et couteau les plus révérés du siècle dernier. Toute la famille de Maître Luciano Trimigno (son père qui a atteint aujourd’hui un âge avancé, ses cousins et son fils Giuseppe) est impliquée dans le fonctionnement de l’école. Les élèves de Trimigno ont participé à des tournois internationaux. Les championnats européens d’escrime au couteau ont eu lieu en 2012, 2013 et 2014 avec des athlètes représentant divers pays dont l’Italie, la Russie et  l’Ukraine. L’équipe italienne était entraînée par Luciano Trimigno and démontra les qualités de l’Escrime du Couteau Apulien. L’école de Foggia/Bari tire ses origines des anciens codes de chevalerie basés sur l’honneur et s’est enrichie de l’art du duel.

Un peu d’Histoire…

L’art du bâton et du couteau apulien a été codifié et est à présent enseigné dans cette école à Manfredonia, dans la région du Gargano. Toutefois, ce style de combat est le résultat de nombreuses influences, intrinsèquement emmêlée à l’Histoire de cette ville portuaire.

La zone de Manfredonia (Sipontum) fut emménagée à l’antiquité par les Grecs, fondée par Diomède. Une colonie florissante qui tomba finalement dans les mains d’Alexandre d’Epire en 335 av. J.-C, l’oncle d’Alexandre le Grand. Conquise par les Romains en 189 av. J.-C, elle devint un point névralgique de la côte adriatique. Détruite par les Slaves au 9ème siècle, elle fut pour un temps gouvernée par les Sarrasins jusqu’à ce que les Normands en 1042  en firent le siège de leurs 12 pays.

Abandonnée après le tremblement de terre de 1223 à cause de la stagnation de l’eau dans les lagons, la ville fut reconstruite en la moderne Manfredonia par le Roi Manfred 1er. La zone possédait plusieurs quartiers généraux d’ordres chevaleresques qui partaient en croisades en Terre Sainte. Notamment l’Ordre des Templiers, présent dans l’ancienne Manfredonia avec plusieurs domus et l’Ordre des Hospitaliers (reporté dans deux documents : le premier daté de 1274 et le second daté de 1299, décrivant une embarcation des Templiers, quittant le port de Manfredonia pour se diriger vers L’ordre des Templiers et des Hospitaliers en Terre Sainte) et dans les environs, l’ordre des Chevaliers Teutoniques.

Française en 1528 et turque en 1620, la région a été très fréquentée de par ses activités commerciales maritimes en mer Adriatique.

e93f2b_a1f8605fd20942ac884c9a92f3bc610f

Dans son environnement multiculturel, différentes influences affectèrent et contaminèrent les arts de l’Escrime de Manfredonia. Qui plus est, on avait pour habitude de « jouer » et de s’entraîner au bâton et au couteau également sur les bateaux durant les voyages le long de la mer Méditerranée, en important de multiples influences provenant des régions méditerranéennes.

e93f2b_9c07bbec5f294d4a963b6772ddc8ec45e93f2b_97214b12ff6b411db8715e25db3aece6

Des duels passionnés dans des champs des figuiers de Barbarie, d’oliviers ou dans l’enceinte de ruines

Le bâton apulien de Manfredonia est de forme conique, fait de bois dur, tel que le hêtre, le chêne ou le frêne. Pratiqué par les vieux paysans, les fermiers et les bergers autour des figuiers de Barbarie ou des vieux oliviers. Le bâton était utilisé pour se défendre des animaux sauvages ou des bandits. Transformé, au fil des siècles, en une confrontation d’habileté et de duel entre les champions de différentes familles et de groupes. Généralement, on démarre l’enseignement de l’Art avec le bâton et ce n’est qu’au bout de plusieurs années que l’élève peut commencer l’apprentissage du couteau.

e93f2b_4bea01282c3246f19d76915c2e747506 e93f2b_508c4aa14bb54ebe9746c98e6fbeee33

Ces arts se transmettent traditionnellement au sein des membres de la même famille. Toutefois,  habituellement la père n’enseignait pas à son fils mais c’est  le frère qui prenait en charge l’éducation et l’entraînement du neveu. Il y a plusieurs raisons à cela. Cette tradition repose en partie sur l’ancien ordre chevaleresque et sur l’emploi traditionnel de l’entraînement et de la formation des chevaliers. Le jeune garçon, généralement lorsqu’il avait environ 7 ans, était envoyé chez son oncle pour apprendre et devenir un apprenti. De plus, c’était également une question d’honneur, puisque le fils devait toujours craindre et respecter l’habileté du père, sans jamais avoir à le combattre. Le père pouvait être son conseiller mais pas son mentor dans l’Art.

e93f2b_ed1732073eb24179834d32809f370f24 e93f2b_b74b0b181d69484ebac0f47b51ff89ed

 L’Art possède son propre langage, appelé « lingua serpentina » (la langue du serpent) ou « favella » (le mot). On l’utilisait comme code pour partager les règles de conduite entre initiés avec différents accès et compréhensions selon le niveau des associés. La « favella » était employée au sein de sociétés fermées. A partir de ces traditions et communautés anciennes, au fil des siècles, cette société s’appela « onorata società » (société d’honneur) jusqu’à, pour des raisons historiques, sa division en deux ordres : les « Uomini di Vita » (Hommes de Vie également appelés « Cavalieri d’Umiltà » ou Chevaliers de l’Humilité) et « uomini di malavita » (hommes de mauvaise vie, qui deviendra plus tard des organisations souterraines criminelles connues sous le nom de Mafia, Camorra et ‘Ndrangheta). Les Hommes de Vie étaient des hommes de paix, un groupe fermé possédant ses propres règles et sa hiérarchie. Le chef, appelé « Capo di Società » (Chef de Société) avait le rôle de juge ou de gardien de la paix dans sa propre ville ou région. Il était consulté pour diverses raisons par le peuple. Les premiers documents retrouvés témoignent de la présence de ces organisations à Manfredonia  en 1920.

 e93f2b_5c48a67e79d343e09634424b2762abf4

 

 

La pratique moderne du système Trimigno : la porte ouverte

Le système Trimigno démarra avec Michele Trimigno, le grand-père de Luciano, et son père Giuseppe Trimigno au début du 20ème siècle. Dans les années 70, l’Art a été organisé en formes modernes pouvant être enseignées au public, offrant également un entraînement basé sur le sport et les tournois compétitifs. Les assauts sont toujours à 1 contre 1 d’une durée de trois minutes. Les arbitres accordent les ponts en fonction des cibles touchées. La stratégie de base et les techniques ressemblent à celle de l’escrime classique (mulinello-punta) mais avec beaucoup de variations et d’actions de surprises, de sauts et de coups de pieds. Par le passé, il n’y avait pas d’équipement de protection. A présent, les équipements de protection font partie intégrante de la pratique. Les styles incluent le bâton simple et double (manichetto), le bâton long et le court pour la pratique du couteau.

L’école possède à présent plusieurs académies faisant la promotion de l’art en Italie (Lombardie, Émilie-Romagne, Abruzzes, Molise) et à l’étranger (Russie, Australie).

e93f2b_2732138882a2428fad5fa83525fab0d0 e93f2b_a5db5b6a0f204f01a8f3744936b028f0 e93f2b_ded13b15a5234529a8788750f7465daf

 

Le travail spirituel : à porte fermée

L’Art des « Uomini di Vita » englobe le corps, la tête et l’esprit. La pratique permet d’améliorer et d’élever ces trois aspects ensemble. On ne peut s’étaler sur le sujet. Une profonde signification ésotérique entoure l’art du couteau et du bâton des Chevaliers de l’Humilité. L’Ordre est dévoué aux sept Archanges. En premier lieu, le culte ancien à Saint Michel Archange, relié aux traditions guerrières Indo-européennes des temps passés.

e93f2b_0f9ec3d8b3a34d19b62c602802886d62  e93f2b_2af0d36a40504704878a270e5a13ef43

L’ancienne crypte dédiée à Saint Michel Archange, au Sanctuaire du Mont Gargan -tout près de Manfredonia- connecté aux traditions des oracles anciens, d’abord mentionné par Timeo, historien de Syracuse au 4ème siècle av. J.-C.  « Calcante, demeurant au Mont Gargan, un homme hirsute aux grandes ailes habitait dans une grotte dans la montagne, il protégeait les pèlerins et prédisait l’avenir… » Sur le site, des archéologues trouvèrent des traces de la période byzantine et romaine de l’Empereur Marc Aurèle.

e93f2b_6d9566942729474aa471c7be861e4f5a

 

 

Texte écrit par Dr. Marco Quarta. Traduit par Laurent Corrieri avec le consentement de Marco Quarta.
Nova Scrimia International

Laisser un commentaire