Un nouveau voyage…

 

Je conclus cette fin d’année 2018 par un ultime voyage en Italie. Cette fois ce n’est pas pour retrouver mes frères d’armes de la Schola Lajolo, non cette fois je change de région, et me rends à Varèse en Lombardie chez Remigio Pianu  (que j’ai rencontré il y a quelques années lors d’un stage sur la tradition) qui reçoit au sein de son académie Maestro Raffaele Irmino.

Il est l’actuel maître dépositaire de l’école sicilienne de combat au bâton appelée paranza et de l’escrime traditionnelle de couteau (paranza corta) de l’école de Syracuse.

 

Plus de 60 ans de pratique à son actif, cela mérite plus que notre respect. A l’époque l’enseignement n’était pas ouvert à tous, seuls quelques élus jugés dignes par le maître pouvaient espérer être initiés à la pratique et aux rituels de la tradition. Il fallait en être digne et par conséquent cela demandait du temps pour être accepté par le “capobastone”.

L’enseignement était dirigé dans des lieux tenus secrets comme des champs, des vallées, des grottes ou des bâtiments désaffectés . Il ouvrit sa première école de Paranza à Syracuse avec un ami en 1973 après avoir entre autres complété son cursus avec le Maitre Tomarchio. Il sera également en contact avec d’autres maîtres parmi lesquels Maestri Violante ou Zio Ciccio dit “sigaretta” et Maestro Trimigno de Manfredonia. Pour finir, pour son accomplissement, honneur et mérite, Maestro Irmino sera reconnu comme “Cavaliere di Umiltà“.

Vous comprenez si vous lisez attentivement mon blog pourquoi je ne pouvais rater cette occasion de rencontrer l’un des derniers représentants d’une classe d’hommes aujourd’hui en voie de disparition…

D’un ange avancé, je vous prie de me croire que le monsieur se transforme littéralement une fois l’arme à la main. Quelle énergie et explosivité ! J’ai été initié au système de la meilleure des manières qui soit. Une école très riche techniquement, aucun détail n’est laissé de côté et c’est avec l’œil vif qu’il corrige les stagiaires. Je remercie par ailleurs Carmelo, l’un de ses élèves de m’avoir quasiment pris en cours particulier ces deux jours. D’une gentillesse et d’une prévenance rare, tout à l’image du Maestro. Jamais avares de conseils ni de leur temps, ça a été un vrai plaisir d’étudier les rudiments de l’école à leurs cotés. Je n’oublierai pas de si tôt cette phrase que m’a dite maestro Irmino avec la bienveillance qui le caractérise, afin de bien me faire comprendre la bonne gestuelle et intention à adopter lors de la pratique :

“Il bastone non deve fare male, deve spaccare !”  (le bâton ne doit pas faire mal, il doit briser)

                                                                                             

J’ai pu voir enfin in situ l’une des nombreuses influences qui composent notre école et en apprendre pas mal sur la tradition, quelques bribes de favella, cette fameuse langue cryptée. Raffaele Irmino en est un fin connaisseur. C’est le genre de personne avec qui l’on passerait bien volontiers des soirées entières à écouter parler de la tradition, de ses légendes et autres faits d’armes…

Un week-end extra, un super accueil de tout le monde, le groupe est très sympathique et ouvert. Je remercie d’ailleurs tous les participants !

Il me revient alors le titre du chapitre 5 du livre “Sur le Fil de la Lame” :

-“Si tu veux connaître l’Italie, commence par la Sicile”.

L’aventure continue…

https://schermasiracusanaraffaeleirmino.wordpress.com

 

Laisser un commentaire